Google+ Followers

الجمعة، 15 مارس، 2013

Guerre d'Algérie et commémoration du 19 mars: des élus UMP des Alpes-Maritimes boycottent la cérémonie


Plusieurs députés UMP des Alpes-Maritimes ont fait part cette semaine de leur intention de boycotter les cérémonies du 19 mars commémorant le cessez-le-feu de la guerre d'Algérie au lendemain des accords d'Evian de 1962, estimant qu'il s'agissait d'"un jour d'indignité nationale" ou encore d'une "provocation inutile".
Eric Ciotti a indiqué vendredi à l'AFP qu'il "ne participerai(t) pas aux cérémonies commémoratives du 19 mars aussi bien en tant que député qu'en tant que président du conseil général".

Une cérémonie est organisée par la préfecture devant le monument aux morts de Nice mardi "à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc".
"Choisir cette date de commémoration de la part du gouvernement est une véritable provocation qui va raviver inutilement des blessures", estime M. Ciotti.
"C'est une date qui choque beaucoup d'anciens combattants et beaucoup de ceux qui ont payé lourdement, et quelquefois de la vie d'un membre de leur famille, les événements qui se sont déroulés après le 19 mars", explique le député. Il a estimé que la date du 5 décembre, retenue en 2002 par l'ancien président de la République Jacques Chirac, est "beaucoup plus consensuelle".
Au cours du conseil municipal vendredi, le député-maire de Nice Christian Estrosi a lui aussi marqué son désaccord sur cette date, estimant qu'il s'agissait d'un "déni de vérité". Il a indiqué qu'il ne s'associerait pas, "comme les élus de la majorité, à la cérémonie que le préfet organise".
En février, il avait déjà annoncé qu'il ne pavoiserait pas les bâtiments publics de la ville le 19 mars, comme cela a été demandé par toutes les préfectures de France. Le maire UMP de Perpignan Jean-Marc Pujol lui a depuis emboîté le pas.
Jeudi, un autre député des Alpes-Maritimes, Lionnel Luca, avait déploré dans un communiqué que la France, "pour la première fois de son histoire", commémore "un cessez-le-feu dont le jour choisi est celui de la victoire pour ses adversaires" et "qui a fait plus de victimes civiles et militaires après qu'avant". "Un jour que l'Histoire retiendra comme un jour d'indignité nationale", avait-il conclu.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق